hvb-web-07-medium-.jpg

Maen Florin | Playing at being human

Playing at being human

Museum Hof van Busleyden – De Garage – Sint-Janskerk

19.09.2020 - 22.11.2020

 

Toutes les facettes de l’œuvre de Maen Florin (°1954) sont réunies dans une présentation exhaustive de son travail en trois lieux d’exposition très singuliers : le Museum Hof van Busleyden, le centre De Garage et l’Eglise Saint-Jean à Malines.

Ses sculptures exposées au Museum Hof van Busleyden et dans l’Eglise Saint-Jean sont parfaitement intégrées à leur environnement. Comme au temps de la Renaissance, l’artiste engage un dialogue avec le passé. Dans l’Eglise Saint-Jean, ses têtes humaines nouent une relation avec le saint patron de l’église. La décapitation de Saint-Jean-Baptiste a, au cours des siècles, poussé les artistes à réfléchir à la façon dont « la tête » personnifie la condition humaine. La série de têtes humaines éparses nourrit cette réflexion.

Les œuvres de Maen Florin exposées au Museum examinent à la fois divers thèmes du musée et l’expression formelle de l’œuvre d’art. De nouvelles ou d’autres interprétations sont proposées pour inviter le spectateur à regarder autrement les chefs-d’œuvre exposés au fil du parcours muséal. 

Au centre De Garage, qui montre uniquement des œuvres récentes, Maen Florin va plus loin que précédemment. L’artiste donne forme à l’architecture de l’exposition en y ajoutant des couleurs, des murs et des piédestaux spécialement conçus. Les sculptures occupent clairement leurs places par rapport aux autres créations présentées. Avec cette approche, la puissance évocatrice de l’environnement influence largement le ressenti du visiteur devant les sculptures.

Les œuvres de Maen Florin séduisent le spectateur en même temps qu’elles lui tendent un miroir. L’artiste cherche à transmettre des émotions intenses en réunissant des opposés – comme le pouvoir et l’impuissance, l’amour et la souffrance ou la force et la vulnérabilité – dans une même composition. Ses personnages tentent d’entrer en contact avec le monde, mais restent pourtant prisonniers de leur bulle, coupés des autres.